Les dix meilleures vidéos de 2017 sur le revenu de base

2017

Une liste de Scott Santens répertorie les dix vidéos sur le revenu de base (principalement en anglais sous-titré) qu’il retient pour cette année.

Beaucoup de vidéos sont sorties cette année à propos du RDB (la plupart sont visibles ici), mais à mon avis les dix qui suivent sont celles qu’il faut absolument regarder et partager.Scott Santens

  1. Poverty isn’t a lack of character ; it’s a lack of cash | Rutger Bregman
  2. Universal Basic Income Explained – Free Money for Everybody ? UBI
  3. Basic Income for the U.S.
  4. Group gives cash aid to rural Kenyans, then studies its effects
  5. Basic Income : The Free Money Experiments | Moving Upstream
  6. Automated Economy Explained : Mechanics of a Basic Income
  7. Mark Zuckerberg At Harvard : We Should Explore Ideas Like Universal Basic Income | CNBC
  8. Social Justice, Safe Spaces, and Universal Basic Income (Dr. Mike Munger Pt. 3)
  9. Robots Will Take Our Jobs – HOW TO SURVIVE – What is the Universal Basic Income ?
  10. ‘Capitalism will always create bullshit jobs’ | Owen Jones meets Rutger Bregman

Source : Top 10 Basic Income Videos of 2017, Scott Santens.


Illustration : source inconnue.

Je travaille, donc j’existe ?

Revue Projet 361

La Revue Projet dédie le dossier de son numéro 361 au travail : « Je travaille, donc j’existe ? »

Sommaire

L’ensemble du dossier est en accès libre pendant deux mois.

Source : Je travaille, donc j’existe ?, Revue Projet n°361, décembre 2017..


Illustration : © Revue Projet.

Espagne : un article sur le revenu de base à l’échelle des villes

Notes Internationals 183

Un article en anglais de Faun Rice pour Basic Income News résume la publication consacrée au revenu de base dans le numéro 183 de la revue du Centre Barcelonais d’Affaires Internationales (CIDOB).

Coll identifies several key takeaways from a comparison of these projects. None of the experiments assess the potential behavioural change in rich or middle class basic income recipients. In addition, multi-level governance may cause problems for basic income pilots, but these issues may be mitigated as more evidence assessing the effectiveness of UBI builds from city-driven programs. Coll also acknowledges that all of the experiments listed in his paper are from affluent regions.

In conclusion, the author argues that UBI is a necessary step to alleviate economic inequality. While cities are experimenting with the best ways to implement UBI, they are often not real UBI trials (as they are not universal), and they do not always take an individual-based approach ; however, they are nevertheless useful components of the Wise City model.Faun Rice

Source : BARCELONA, SPAIN : Think Tank Publishes New Paper on City-Driven Basic Income, Faun Rice pour Basic Income News.


Illustration : CC BY-NC-SA CIDOB.

Pour une politique publique de l’estime de soi

Chômeurs

Un article de Julien Dourgnon dans la Revue Projet propose la mise en place d’un revenu universel comme véritable politique publique de l’estime de soi.

Cet édifice de normes est tenu par sa clé de voûte : le monopole que l’emploi détient sur la distribution primaire des revenus. Hors de l’emploi, point de revenus primaires (à l’exception des rentiers). Si bien que c’est dans l’emploi que prospère l’estime de soi et la possibilité d’une vie matériellement digne (un revenu, un logement, des transports…). Si l’estime de soi se mesure à l’aune de la convention dominante, elle dépend de notre conformité aux impératifs de la société salariale : être actif, occupé dans un emploi, consommer intensément (bien loin des appels urgents à la sobriété énergétique). Dès lors, plus on se trouve écarté de cette norme, plus l’estime de soi se dégrade, inexorablement.

[…]

L’État, quant à lui, organise son action sociale conformément aux attentes symboliques de la norme du salariat capitaliste. Ainsi en va-t-il de l’assistance sociale (RSA : revenu de solidarité active, prime pour l’emploi, couverture maladie universelle…), réservée aux recalés du salariat. L’État verse des revenus (dits « secondaires » car issus de la redistribution) toujours définis négativement (par défaut d’emploi). Il officialise, pour ainsi dire, et rend visible (il stigmatise) la non-appartenance sociale, l’impossibilité d’accéder au champ du salariat. Mais face à une recrudescence incontrôlée des éligibles, alors que son budget est contraint, et considérant le chômage d’abord comme un problème d’adaptation, requérant une incitation individuelle, la pression exercée sur les bénéficiaires va crescendo pour les priver de leurs aides ou les pousser vers le premier emploi venu.Julien Dourgnon

Source : Pour une politique publique de l’estime de soi, Julien Dourgnon pour la Revue Projet.


Illustration : CC BY-SA Laurent.

Chômage, le mythe des emplois vacants

Emplois difficiles

Un article d’Hadrien Clouet dans Le Monde Diplomatique de février 2015 revient sur le fantasme des emplois non pourvus, alors que le gouvernement veut durcir le contrôle des personnes privées d’emploi.

L’existence d’offres non pourvues indique que les demandeurs d’emploi ne sont pas tous réduits à travailler dans n’importe quelles conditions. Or, lorsqu’ils recherchent vraiment des salariés, les employeurs disposent toujours de leviers, ceux qu’ils mettent en œuvre en cas de crise d’embauche : hausse du salaire, meilleurs horaires ou meilleures conditions de travail…Hadrien Clouet

Source : Chômage, le mythe des emplois vacants, Hadrien Clouet pour Le Monde Diplomatique.


Illustration : © Kurzgesagt.

Revenu de base : « Maintenant, je peux vraiment établir un projet de vie »

1000 dollars par mois

Un article de Rémy Descous-Cesari dans Libération recueille le témoignage de deux des trois personnes tirées au sort qui vont recevoir 1 000 euros par mois pendant un an, inconditionnellement.

Je suis curieux, je m’intéresse aux problèmes sociaux et j’attache de l’importance aux innovations. Je me suis inscrit sans vraiment croire que c’était possible de gagner. […] Étant au RSA, je me rends compte que le système actuel ne va pas. Je ne sais pas si les personnes aux plus hautes fonctions se rendent compte de ce qu’elles font.Denis

Source : Revenu de base : « Maintenant, je peux vraiment établir un projet de vie », Rémy Descous-Cesari pour Libération.


Illustration : © Kurzgesagt.

Revenu de base : l’idée passe aux cash-tests

Cash test

Un article de Rémy Descous-Cesari dans Libération présente le dispositif de l’association Mon Revenu de Base et la dynamique actuelle en France.

Qu’est-ce que l’on attend pour assurer une meilleure aide aux pauvres et mettre fin à la pénibilité des tâches au travail ? Aujourd’hui, nous avons les moyens de garantir à tous un revenu équivalent au seuil de pauvreté.Baptiste Mylondo

Source : Revenu de base : l’idée passe aux cash-tests, Rémy Descous-Cesari pour Libération.


Illustration : © Aimée Thirion.

Revenu de base – intervention de Philippe Frémeaux

Revenu de base gauche droite

Un article de Barbara Romagnan résume une intervention de Philippe Frémeaux, éditorialiste à Alternatives Économiques, à propos du revenu de base.

Paradoxalement, cette idée généreuse n’est pas propre à la gauche, mais est également portée par des penseurs libéraux. Pour eux, l’instauration d’un revenu de base est un moyen de simplifier radicalement un système de protection sociale qui, au fil du temps, a pris toujours plus d’ampleur et empile de multiples prestations conditionnelles dont la distribution mobilise une importante bureaucratie. Remplacer toutes les allocations par un revenu inconditionnel – un impôt négatif – serait donc une source d’économie. Cette conception du revenu de base renvoie également à l’idée – au cœur de la pensée néo-libérale – que chaque individu est le premier responsable de son sort.  Reste que, dans une société aussi inégalitaire que la nôtre, marquée par le chômage de masse et la précarité, cette version du revenu de base peut être considérée comme un cadeau fait par les élites à la plèbe afin d’éviter qu’elle se révolte. Une sorte de version postmoderne du panem et circenses – du pain et des jeux-  du Bas-Empire romain.

Le revenu de base, tel qu’il est défendu à gauche de l’échiquier politique, s’inscrit dans une perspective différente. Il se veut d’abord une réponse au chômage de masse, en assurant à chacun un revenu sans contrepartie lui permettant de bénéficier d’un minimum de sécurité.  De fait, depuis maintenant quarante ans, les gouvernements ont constamment promis un retour au plein emploi, sans jamais y parvenir.  Il serait donc temps d’en tirer la leçon et d’assumer de dissocier l’accès au revenu de l’occupation d’un emploi.Philippe Frémeaux

Source : Revenu de base – intervention de Philippe Frémeaux, Barbara Romagnan.


Illustration : © Kurzgesagt.