États‐Unis : Mark Zuckerberg recommande d’expérimenter le revenu de base

À Harvard, le fon­da­teur de Facebook a jugé qu’il fal­lait « étu­dier le reve­nu de base » et « four­nir un filet de sécu­ri­té à chacun·e ».

C’est la pre­mière fois que Mark Zuckerberg évoque publi­que­ment le reve­nu de base. L’ancien élève de l’établissement, qu’il a quit­té avant d’être diplô­mé pour se consa­crer à Facebook, était de retour à la pres­ti­gieuse uni­ver­si­té le 25 mai pour y rece­voir un doc­to­rat hono­ri­fique. À cette occa­sion, il a pro­non­cé le tra­di­tion­nel dis­cours à l’adresse de la pro­mo­tion étu­diante de l’année.

Un thème récurrent : « rendre les gens libre d’accomplir leur destinée »

Zuckerberg a com­men­cé par évo­quer les condi­tions néces­saires pour déve­lop­per une culture entre­pre­neu­riale, insis­tant sur le fait que « les plus grands suc­cès naissent de la liber­té d’échouer » et regret­tant que « trop nom­breux sont les gens qui renoncent à leurs rêves car ils n’ont pas de filet de sécu­ri­té pour les rat­tra­per s’ils échouent ».

Devant un par­terre demil­le­nials, le mil­liar­daire de 33 ans a décla­ré : « il est désor­mais temps pour notre géné­ra­tion d’établir un nou­veau contrat social ».

Expliquant ce qu’il enten­dait par là, il a décla­ré que « nous devrions étu­dier des idées comme le reve­nu de base uni­ver­sel afin de s’assurer que chacun·e dis­pose d’un filet de sécu­ri­té pour ten­ter de nou­velles choses ». Il s’est éga­le­ment pro­non­cé en faveur de la géné­ra­li­sa­tion de cer­taines aides sociales, comme l’aide à la garde d’enfant et l’assurance san­té indi­vi­duelle (au contraire de l’assurance san­té atta­chée à l’employeur, pré­do­mi­nante aujourd’hui aux États‐Unis), ou encore la pos­si­bi­li­té de se for­mer tout au long de la vie.

Il a recon­nu que de tels chan­ge­ment auraient un coût, ajou­tant immé­dia­te­ment : « Les gens comme moi devraient les finan­cer. Et beau­coup d’entre vous feront aus­si for­tune : vous devriez éga­le­ment contri­buer à leur finan­ce­ment ».

Zuckerberg a ensuite évo­qué d’autres sujets, tels que l’importance de la cha­ri­té ou la néces­si­té de déve­lop­per les soli­da­ri­tés aus­si bien à petite qu’à grande échelle.

Sécuriser les parcours de vie

Bien que suc­cincte, cette évo­ca­tion du reve­nu de base uni­ver­sel est inté­res­sante car c’est la pre­mière fois que le PDG s’exprime sur le sujet. De plus, bien qu’il ne se soit pas pro­non­cé fran­che­ment en faveur d’un tel dis­po­si­tif (contrai­re­ment à ce que cer­tains médias et commentateur·rice·s sur les réseaux sociaux se sont empressé·e·s d’annoncer), il est clair qu’il juge que la ques­tion mérite d’être étu­diée sérieu­se­ment.

Il faut éga­le­ment remar­quer que Zuckerberg n’a pas pré­sen­té le reve­nu de base comme une réponse à l’automatisation et à la des­truc­tion d’emplois par le numé­rique, à l’inverse d’autres entre­pre­neurs de la Silicon Valley sou­te­nant l’idée, le plus célèbre d’entre eux étant pro­ba­ble­ment Elon Musk. L’argument prin­ci­pal pour le PDG de Facebook semble être la sécu­ri­sa­tion des par­cours de vie, pour per­mettre à chacun·e de prendre des risques et favo­ri­ser en fin de compte l’entreprenariat, l’innovation et la pro­duc­tion cultu­relle.

Ce n’est pas la pre­mière fois qu’un des fon­da­teurs de Facebook s’exprime en faveur du reve­nu de base : Chris Hughes, actuel­le­ment co‐directeur de l’Economic Security Project, est deve­nu l’un des plus fer­vents défen­seurs de l’idée aux États‐Unis.

L’intégralité du dis­cours est visible en ligne ici sur Facebook.


Traduction d’un article de Kate McFarland publié sur Basic Income News.

Relu par Dawn Howard.

Illustration : CC BYNC 2.0 JD Lasica.

Une réponse à “États‐Unis : Mark Zuckerberg recommande d’expérimenter le revenu de base”

  1. […] que Mark Zuckerberg affiche publi­que­ment son sou­tien à l’idée du reve­nu de base. Lors de son dis­cours à Harvard au prin­temps der­nier, il a recom­man­dé d’expérimenter le dis­po­si­tif, décla­rant […]

Les commentaires sont fermés.