La plus grande fédération syndicale des Pays‐Bas fait un pas vers le revenu de base

Avec plus d’un mil­lion de membres, la FNV est le syn­di­cat majeur des Pays‐Bas. La fédé­ra­tion vient d’organiser une confé­rence cadrant son action de 2017 à 2021.

L’évènement s’est tenu les 10 et 11 mai au Sport Business Centre Papendal. Le but affi­ché de la FNV ? Définir un plan d’action pour les quatre pro­chaines années, en fai­sant appel à l’expérience et à l’expertise de l’ensemble de ses membres. Lors d’une phase de consul­ta­tion, chacun·e avait eu l’occasion de mettre en avant les sujets prio­ri­taires qu’iel sou­hai­tait voir figu­rer dans le plan d’action pré­vi­sion­nel de la FNV pour les quatre ans à venir. Un résu­mé pro­vi­soire des points‐clés a fait l’objet d’une motion sépa­rée que le congrès de la FNV a débat­tu le 10 mai. Malgré plu­sieurs amen­de­ments visant à modi­fier la motion, le bureau du syn­di­cat a refu­sé toutes les pro­po­si­tions allant au‐delà de la for­mule sui­vante : « la FNV étu­die­ra et débat­tra du reve­nu de base dans les temps à venir ».

Néanmoins le 11 mai, pen­dant les débats entre membres du conseil de la FNV, dont font notam­ment par­tie les représentant·e·s des régimes spé­ciaux, cette for­mu­la­tion fut rem­pla­cée par un texte plus large et plus ambi­tieux :

Le reve­nu de base est une option inté­res­sante, notam­ment dans la manière dont il est for­mu­lé par les représentant·e·s des régimes spé­ciaux de la FNV. Dans cette optique, la FNV pro­pose de lan­cer des études et des expé­ri­men­ta­tions concrètes de reve­nu de base, selon les recom­man­da­tions de la sec­tion « régimes spé­ciaux » de la fédé­ra­tion. Forte de ces résul­tats, la FNV sta­tue­ra pour savoir si un reve­nu de base peut ou non être un outil per­ti­nent dans la juste répar­ti­tion du tra­vail, des reve­nus et du capi­tal.

Le syndicat cadre son revenu de base

Selon la branche « régimes spé­ciaux » de la FNV, un reve­nu de base :

  • Est équi­valent au « mini­mum vieillesse » des Pays‐Bas (l’AOW), un dis­po­si­tif où un couple reçoit moins que deux per­sonnes seules.
  • Est octroyé à toute per­sonne ayant léga­le­ment vécu au moins 18 ans dans le pays.
  • Ne dépend pas du salaire.
  • N’influe pas sur les méca­nismes actuels d’aide au loge­ment ou d’assurance-santé.
  • N’a pas d’incidence sur l’assurance-chômage et l’assurance-invalidité, pour les­quelles les Néerlandais·e·s cotisent sur leur salaire.

« Grâce au tra­vail achar­né et à la pres­sion sans relâche des représentant·e·s des béné­fi­ciaires de l’assurance sociale auprès de la FNV, nous avons désor­mais de bien meilleures chances à long terme de réus­sir à ins­tau­rer un vrai reve­nu de base », a décla­ré Johan Horeman. « Nous avons fait un pas de géant dans la bonne direc­tion ».

L’amendement a notam­ment pu être adop­té grâce à Willem Banning et Harrie Ortmans, repré­sen­tants des régimes spé­ciaux à la FNV, et à Johan Horeman, conseiller auprès du bureau.


Traduction d’un article de Florie Barnhoorn ini­tia­le­ment publié sur Basic Income News.

Relu par Dave Clegg et Ad Planken.

Illustration : CC BYNCND 2.0 Terence Faircloth.