Why universal basic income costs far less than you think

Un article en anglais d’Elizaveta Fouksman pour The Conversation revient sur une erreur cou­rante lorsqu’on parle de reve­nu de base : le « coût » de la mesure n’est qu’une frac­tion du bud­get glo­bal.

A true cost esti­mate will always dis­cuss who the net bene­fi­cia­ries will be, who the net contri­bu­tors will be, and the rate at which we gra­dual­ly switch people over from being bene­fi­cia­ries to being contri­bu­tors as they get richer (this is some­times cal­led the claw-back rate, the with­dra­wal rate or the mar­gi­nal tax rate – which is not an ove­rall tax, but sim­ply the rate at which people start to return their UBI to the com­mu­nal pot as they earn more).

Source


Illustration : © Shutterstock.

La Chine lance un programme pour remplacer ses fermiers par des robots

Un article de Mathilde Simon pour Usbek & Rica pré­sente l’ambitieuse expé­ri­men­ta­tion de robo­ti­sa­tion agri­cole lan­cée dans la région de Jiangsu.

L’objectif est sur­tout de per­mettre de meilleurs ren­de­ments à moindre coût. Dans le cadre d’un repor­tage sur l’industrialisation de l’économie agro­nome chi­noise, National Geographic a ren­con­tré en février Liu Lin. Le jeune entre­pre­neur y raconte que ses machines euro­péennes et amé­ri­caines per­mettent de pro­duire, en quatre heures, le tra­vail que 30 tra­vailleurs auraient mis une ving­taine de jours à faire. Le tout mani­pu­lable depuis un smart­phone.

Source


Illustration : © Shutterstock.

How Basic Income could restore voting rights for poor Americans

Une tri­bune en anglais de James Davis pour Basic Income News défend le reve­nu de base comme moyen de per­mettre aux plus pauvres d’exercer leur droit de vote aux États-Unis.

Even put­ting aside felon disen­fran­chi­se­ment, impo­ve­ri­shed Americans are dis­pro­por­tio­na­te­ly exclu­ded from exer­ci­sing their right to vote owing to the expense of taking off work on elec­tion day and the paper­work they face due to voter ID laws and frequent relo­ca­tion. Universal Basic Income (UBI), by eli­mi­na­ting the finan­cial stress under­lying these bar­riers, has the poten­tial to great­ly expand voter tur­nout and civic par­ti­ci­pa­tion more gene­ral­ly, res­to­ring voting rights pro­mi­sed by the consti­tu­tion.

Sans même évo­quer la déchéance de droits civiques liée à l’incarcération, les plus pauvres ont moins accès au droit de vote, notam­ment car il faut prendre un jour de congé pour voter, mais éga­le­ment rem­plir des démarches admi­nis­tra­tives suite aux lois d’identification et aux démé­na­ge­ments régu­liers. Le Revenu de Base Universel (RBU), en allé­geant la contrainte finan­cière sous-jacente, peut poten­tiel­le­ment amé­lio­rer la par­ti­ci­pa­tion aux élec­tions en concré­ti­sant pour les popu­la­tions pauvres le droit de vote que leur pro­met la consti­tu­tion.

Source


Illustration : CCElliott Stallion.

L’Ontario annule une expérimentation du revenu de base

Un article de Mathilde Simon pour Usbek & Rica revient sur l’expérimentation de reve­nu mini­mum en Ontario et son annu­la­tion par le nou­veau gou­ver­ne­ment de la pro­vince.

Après avoir lais­sé entendre au cours de sa cam­pagne qu’il n’y tou­che­rait pas, le gou­ver­ne­ment cana­dien assure, de son côté, que ce pro­gramme n’est pas viable car trop oné­reux. « Ce n’est clai­re­ment pas la solu­tion pour les familles de l’Ontario », insis­tait MacLeod lors de l’annonce publique.

Aucun chiffre ni étude n’accompagnait l’annonce, et aucune nou­velle pro­po­si­tion n’était faite pour réduire la pau­vre­té. Simplement une pro­messe que le gou­ver­ne­ment ferait en sorte de mettre fin au pro­gramme de manière « éthique ».

Source


Illustration : Flickr.

Dordogne : elle pédale pour parler du revenu de base

Un article de Lysandra Chadefaux pour Sud Ouest pré­sente le Tour de base, un périple à vélo pour débattre du reve­nu incon­di­tion­nel.

Le Tour de base s’inscrit dans l’actualité du Mouvement fran­çais pour un reve­nu de base, asso­cia­tion trans­par­ti­sane. Léna l’a rejoint en 2016. Cette aven­ture, qui ras­semble une dizaine de per­sonnes, a débu­té same­di 4 août à Tours (Indre-et-Loire) et s’achèvera à Craon (Mayenne) deux semaines plus tard (1), où l’association tien­dra son uni­ver­si­té d’été.

Source


Illustration : © Lysandra Chadefaux.

Philippe Van Parijs : « La plus grande objection à un revenu de base est d’ordre moral »

Un article de Gabriela Amaya pour Pressenza résume une inter­view en anglais de Philippe Van Parijs autour du reve­nu sans condi­tion.

Le RBUI est main­te­nant sou­te­nu à la fois par la gauche et la droite, ce qui amène d’autres per­sonnes des deux côtés à prendre posi­tion contre lui, uni­que­ment parce que l’idée est défen­due par ses « enne­mis ». Cependant, sa capa­ci­té à déga­ger un consen­sus dans tous les sec­teurs de la socié­té, comme ce fut le cas pour la sécu­ri­té sociale (qui était sou­te­nue par les employeurs, qui y voyaient un moyen d’améliorer les per­for­mances de leurs tra­vailleurs), fait du RBUI une idée valable pour le 21ème siècle.

Source


Illustration : © Álvaro Orús.

Universal basic income : money for nothing

Une vidéo en anglais de Lou Foglia pour Beme News pré­sente le concept du reve­nu de base et son actua­li­té, en moins de dix minutes.

UBI… Silicon Valley entre­pre­neurs like Elon Musk and Mark Zuckerberg sup­port it. Some eco­no­mists claim it can end pover­ty. It’s been tou­ted as a solu­tion to income inequa­li­ty and a bloa­ted wel­fare state. It’s even been endor­sed by thought lea­ders across the poli­ti­cal spec­trum. But, is Universal Basic Income too good to be true ? Will it fos­ter lazi­ness and depen­den­cy ? And, who the hell is going to pay for it ?

Source


Illustration : © Beme News.

Who Really Stands to Win from Universal Basic Income ?

Un article en anglais de Nathan Heller pour le New Yorker pro­pose un tour d’horizon de la dyna­mique actuelle autour du reve­nu de base : enjeux, expé­ri­men­ta­tions, ouvrages…

Recently, a resur­rec­tion has occur­red. Guaranteed income, recon­cei­ved as basic income, is gai­ning sup­port across the spec­trum, from liber­ta­rians to labor lea­ders. Some see the sys­tem as a clean, crisp way of repla­cing gnar­led govern­ment bureau­cra­cy. Others view it as a stay against harsh eco­no­mic pres­sures now on the hori­zon. The ques­tions that sur­round it are the same ones that Nixon faced half a cen­tu­ry ago. Will the public stand for such a bold mea­sure — and, if so, could it ever work ?

[…]

The rea­li­za­tion that a uni­ver­sal basic income is use­ful but insuf­fi­cient for the country’s long-term socioe­co­no­mic health — that you can’t just wind up a machine and let it run — may cause attri­tion among some sup­por­ters who admire the model pre­ci­se­ly because it seems to mean that no one will have to deal with stuff like this again. It may also dam­pen the scheme’s sun­ny poli­ti­cal pros­pects, since a heal­thy U.B.I. would have to be sea­ted among other reforms, the sum of which would not be cost- or interest-neutral. This doesn’t mean that it’s not a prac­ti­cal idea. It means only that it’s not a magic spell.

Source


Illustration : © Anna Parini.

Le revenu de base : une remise en cause de la création monétaire ?

Un article de Robert Cauneau résume un article de Christian Arnsperger : « Revenu de base, éco­no­mie sou­te­nable et alter­na­tives moné­taires » qui s’intéresse à la créa­tion de la mon­naie.

En toute logique, nous devons accep­ter l’idée selon laquelle le reve­nu de base et le type de mon­naie dans lequel il serait ver­sé doivent for­mer un « tout concep­tuel insé­cable ». Si la seule forme moné­taire envi­sa­gée est celle que pro­duit actuel­le­ment le sec­teur ban­caire – et c’est l’hypothèse tra­ver­sant les cinq der­nières décen­nies de dis­cus­sion autour du pour et du contre d’un RBI qui fait la quasi-unanimité –, ce reve­nu de base sera, par la force des choses, « sys­té­mi­que­ment cou­plé à une éco­no­mie où règne l’obligation de crois­sance engen­drée par ce mode de créa­tion moné­taire. Ce sera le cas même pour les citoyens qui choi­sissent d’utiliser le reve­nu de base comme outil pour exer­cer une cri­tique en actes du sys­tème. »

Source


Illustration : © Droits réser­vés.

Pourquoi il faut soutenir les livreurs UberEats, Deliveroo, etc.

Une tri­bune de Fabien Benoit pour Usbek & Rica cri­tique les pla­te­formes pré­da­trices qui inves­tissent tou­jours plus de mar­chés, semant la pré­ca­ri­té et l’exploitation dans leur sillage.

Ces ques­tions ne sont pas ano­dines, loin s’en faut. Elles rap­pellent le carac­tère radi­cal, rapace et car­nas­sier du capi­ta­lisme numé­rique d’inspiration cali­for­nienne. Elles nous rap­pellent que ces entre­prises de la « nou­velle éco­no­mie », comme on disait autre­fois, s’attaquent à tout ce qui res­semble de près ou de loin à de la soli­da­ri­té, du par­tage, de la jus­tice, qu’elles exploitent cyni­que­ment les failles du sys­tème et la fai­blesse des tra­vailleurs. Elles n’ont que faire du col­lec­tif et des indi­vi­dus. Et elles n’entendent pas spé­cia­le­ment res­pec­ter les lois.

Source


Illustration : © Usbek & Rica.

Un rapport annonce que la robotisation va entraîner une recrudescence de l’esclavage en Asie du sud-est

Un article d’Annie Kelly pour The Guardian décrit un futur bien sombre pour les employé·es les moins qualifié·es, en com­pé­ti­tion avec les robots.

We know that in a couple of decades, robot manu­fac­tu­ring will replace many low-skill jobs. Displaced wor­kers without the skills or capa­ci­ty to adapt will have to com­pete for a rapid­ly dimi­ni­shing sup­ply of low-paid work in poten­tial­ly exploi­ta­tive condi­tions. This will lead to increa­sed risks of sla­ve­ry and traf­fi­cking across a region alrea­dy vul­ne­rable to these kind of abuses.”

Automation is alrea­dy revo­lu­tio­ni­sing manu­fac­tu­ring and lowe­ring labour costs for indus­tries across the world. The International Federation of Robotics esti­mates that next year ano­ther 250,000 indus­trial robots will come on to the mar­ket, with the capa­bi­li­ty to help pro­duce cars, elec­tro­nics and new machi­ne­ry.

[« Nous savons que dans quelques décen­nies, les robots rem­pla­ce­ront de nom­breux emplois peu qua­li­fiés. Les travailleur·euses touché·es qui n’ont pas les com­pé­tences ou la capa­ci­té de s’adapter seront en concur­rence pour des emplois fai­ble­ment rému­né­rés en dimi­nu­tion rapide, dans des condi­tions d’exploitation poten­tielles. Cela entraî­ne­ra une aug­men­ta­tion des risques d’esclavage et de traite dans une région déjà vul­né­rable à ce type d’abus ».

L’automatisation révo­lu­tionne déjà la fabri­ca­tion et réduit les coûts de main-d’œuvre pour les indus­tries du monde entier. La Fédération inter­na­tio­nale de robo­tique estime que l’année pro­chaine, 250 000 robots indus­triels sup­plé­men­taires arri­ve­ront sur le mar­ché, avec la capa­ci­té d’aider à pro­duire des voi­tures, de l’électronique et de nou­velles machines.]

Voir aus­si une tra­duc­tion en fran­çais sur le site de Paul Jorion.

Source


Illustration : © Hau Dinh/AP.

Le routier américain, une icône en voie de disparition

Un article de Julien Brygo pour Le Monde Diplomatique plonge dans le monde des camion­neurs éta­su­niens, alors que les véhi­cules sans chauf­feur pointent à l’horizon.

Le rap­port de Morgan Stanley place les rou­tiers en lea­sing, comme ceux de Long Beach, en tête des vic­times de la déré­gle­men­ta­tion du trans­port. « Ça ne se fera jamais, veut croire M. Andre Hart, qui conduit des camions de mar­chan­dises depuis dix-sept ans. C’est déjà tel­le­ment dan­ge­reux sur les routes… Les ordi­na­teurs n’ont pas d’yeux. Avec les camé­ras, il y a des mau­vaises sur­prises tous les jours. » Arrive M. Gerald Daniels, coif­fure ras­ta jusqu’aux hanches et lunettes de soleil : « Bien sûr que ça se fera, lance-t-il. Au ter­mi­nal à conte­neurs de Long Beach, il n’y a déjà plus d’humains pour char­ger les camions. » À l’image de ces moissonneuses-batteuses gui­dées par GPS (glo­bal posi­tio­ning sys­tem), de ces ton­deuses connec­tées qui tour­noient sur leur car­ré de pelouse ou encore de ces robots aspi­ra­teurs domes­tiques qui se déplacent seuls, les camions de demain seront « auto­nomes », pro­met la Silicon Valley.

Voir aus­si le repor­tage pho­to­gra­phique sur son site.

Source


Illustration : © Julien Brygo.