Non, les chômeurs ne sont pas des profiteurs

Pôle emploi

Un article dans Politis qui revient sur l’étude de Pôle emploi montrant que l’immense majorité des chômeur·euse·s respectent leurs engagements.

Ce sont donc 86 % des personnes contrôlées qui ont démontré qu’elles remplissaient bien leurs obligations. Et sur les 14 % radiées in fine, seules 40 % étaient indemnisées par l’Unédic, les autres relevant soit du régime de solidarité (23 %) ou ne touchant plus rien (36 %).Vincent Richard

Source : Non, les chômeurs ne sont pas des profiteurs, Vincent Richard, Politis.


Illustration : © AFP.

Alain Damasio : « C’est le suffrage universel que je critique »

Un entretien avec Alain Damasio, où il évoque entre autres sa position vis-à-vis du revenu de base. 

La droite est favorable à un revenu de base de 500 euros : c’est le seuil de pauvreté, à partir duquel les gens ne pourront pas vivre correctement sans mendier un travail, sans se battre face à 500 personnes à chaque demande d’emploi pour aller gratter un pauvre SMIC dans des conditions dégueulasses. Il y a un seuil très important à partir duquel tu n’es plus esclave ; si tu as 800-900 euros, tu peux commencer à vivre. Cette mesure peut très bien plaire à la droite, à l’extrême droite comme à l’extrême gauche, selon le niveau que tu atteins.Alain Damasio

Les trois parties précédentes de ce long entretien sont également disponibles : ici, ici, et .

Source : Alain Damasio : « C’est le suffrage universel que je critique » 4/4, Ballast.


Illustration : Cyrille Choupas.

Ce soir à la télé : Un monde sans travail ? de Philippe Borel

Un Monde sans travail ? couverture

 

Un Monde sans travail ?

Une soirée documentaire-débat ce soir sur France 5 :

  • À 20h50, Un monde sans travail ?, un documentaire de Philippe Borel

 

  • À 22h, Le monde en face, une émission de débat à laquelle participera Tiffany Blandin, autrice du livre Un monde sans travail ? répertorié ici.

Présentation du documentaire :

À force de fixer l’emploi comme une finalité, nous avons oublié que le travail n’est qu’un moyen, mais la pensée économique et politique dominante continue de défendre une idéologie qui, pour certains, n’a plus guère de sens dans les économies occidentales du XXIe siècle. Or les crispations actuelles autour de la dérégulation du travail masquent une réalité effrayante : la rupture du lien entre les activités créatrices de valeur et l’emploi traditionnel, à l’heure d’un nouveau capitalisme numérique. L’emploi semble plus que jamais menacé par la multiplication des dispositifs robotiques et algorithmiques dans tous les domaines, alors que la standardisation gagne tous les secteurs d’activité. Et la question de la place des robots dans la société de demain est dans toutes les têtes qui réfléchissent un tant soi peu à notre avenir.

On peut aussi espérer un traitement intéressant du revenu de base :

Et un peu partout, la proposition de créer un revenu minimum d’existence universel relance un combat politique qui mobilise de l’extrême gauche jusqu’aux libertariens, ultralibéraux. Mais dans une société de plus en plus automatisée et inégalitaire, un revenu de base sera t-il facteur d’émancipation ou bien plutôt de soumission généralisée  ?

Rendez-vous ce soir devant le poste, puis sur le site de France Télévisions pour le rattrapage pendant une semaine.

Plus d’informations sur Reporterre.

Source : Un monde sans Travail ?, France 5.


Illustration : Reporterre.

Une plateforme pour la semaine de quatre jours au Royaume-Uni

4 day week

Un site en faveur de la réduction du temps de travail outre-Manche.

Les revendications du manifeste sont limpides : 

We demand a 4 Day Week.

We demand an increase in hourly pay.

We demand a stronger welfare state.

Les justifications invoquées ? Les bénéfices attendus en termes sociaux, démocratiques, économiques et environnementaux.

Le site comporte également une bibliothèque recensant plusieurs ouvrages et vidéos sur le sujet.

Source : Our manifesto, 4 Day Week.


Illustration : 4 Day Week.

Le système « Basic » de The Expanse n’est pas un revenu de base

The Expanse

Un article en anglais de Scott Santens qui explique la différence entre le revenu de base et le système « Basic » présent dans The Expanse.

Dans la saga de romans The Expanse et la série TV éponyme, « Basic » représente quelques biens et services de première nécessité et de faible qualité, fournis à la part de la population terrestre privée d’emploi.

Santens pointe les différences avec un revenu de base, qui est lui cumulable avec d’autres revenus et librement utilisable.

Everybody gets basic income. It’s a new starting point. Everyone starts above the poverty line. Everyone can earn money on top of their basic income. No one is prevented from earning additional income. In fact, unlike welfare which punishes work by disappearing with earned income, basic income never disappears, and is kept with any amount of earned income. This means that any and all employment increases total income. Basic income is a floor. The Expanse’s Basic is a ceiling.Scott Santens

Source : The Expanse’s Basic Support vs. Basic Income, Scott Santens.


Illustration : © Syfy.

Un entretien avec Jurgen De Wispelaere dans Truthout

Jurgen De Wispelaere

Un entretien de Kristian Haug avec Jurgen De Wispelaere, chercheur à l’université de Bath.

Il est notamment question des mérites attendus d’un revenu de base, de la lutte contre la pauvreté, et des positions de Rutger Bregman.

To get a clear impression of the problems with current welfare policy, you only need to see the movie I, Daniel Blake. It’s not just a great movie ; for me, it’s the very reason we need UBI. The movie tells the story of a guy who falls in between systems and literally gets crushed to death by it. That is the reality, not only in the UK [where the movie plays out] where you see more and more people queuing up for food banks and losing their housing — homelessness has gone up and too many people can barely feed themselves, let alone their children — but in many other countries as well.Jurgen De Wispelaere

Source : Universal Basic Income Is About Trust and Decency, Kristian Haug pour Truthout.


Illustration :  CC-BY 2.0 BICN/RCRG Basic Income Canada Network.