Le revenu de base comme utopie

Un article de Benjamin Caraco pour Nonfiction pré­sente le livre de Thimothée Duverger : L’invention du reve­nu de base, la fabrique d’une uto­pie démo­cra­tique.

Avec ce livre, Timothée Duverger s’efforce de res­ti­tuer les contextes d’émergence des dif­fé­rentes incar­na­tions du reve­nu de base, ain­si que les bio­gra­phies et pro­po­si­tions des prin­ci­paux défen­seurs de cette idée. Il se concentre sur trois pays, de la Révolution fran­çaise à nos jours : la France, le Royaume‐Uni et les Etats‐Unis. In fine, T. Duverger sou­haite déga­ger des pers­pec­tives alter­na­tives à par­tir de l’étude de l’histoire du reve­nu de base, et des limites qu’il a ren­con­trées, afin d’envisager sa mise en œuvre à notre époque.

Source


Illustration : © Artiste inconnu·e.

Revenu de base : Le mieux, c’est encore d’essayer

Un article de Philippe Mouret pour Dis‐Leur ! pré­sente le reve­nu de base et notam­ment l’initiative « Mon Revenu de Base » en cours.

Si l’idée d’un Revenu uni­ver­sel passe encore mal dans une France fri­leuse et où l’on est plus sou­vent envieux du voi­sin que dési­reux d’améliorer sa propre condi­tion, de plus en plus de pen­seurs et cher­cheurs s’intéressent au sujet. Et de nom­breux ouvrages y sont consa­crés. A lire de toute urgence, l’excellent Fuck Work ! – Pour une vie sans tra­vail, de l’Historien et essayiste James Livingston (coll. Champs Actuel – Flammarion, feuille­ter en cli­quant ICI) qui résume ain­si sa pen­sée : « Notre pro­duc­ti­vi­té nous tue à petit feu, et la pla­nète avec. Il est temps de prendre acte de ce qui est déjà une réa­li­té et de réflé­chir à la seule ques­tion qui vaille : à quoi res­sem­ble­ra notre vie, sans le tra­vail : Fuck Work ! »

Paru seule­ment en anglais (éd. Palgrave Macmillan) le livre Financing Basic income (Financer le reve­nu uni­ver­sel) sou­tient qu’un reve­nu de base d’un niveau décent est en fait finan­çable. Les contri­bu­teurs abordent le sujet du point de vue de trois pays dif­fé­rents (Canada, Suisse et Australie) pour répondre à l’objection qui dit qu’un pro­gramme uni­ver­sel visant à gar­der tous les citoyens au‐dessus de la ligne de pau­vre­té serait trop cher pour être appli­qué. Ils passent en revue l’éventail com­plexe des sources de reve­nu qui ren­draient le reve­nu de base fai­sable, de la valeur sous‐estimée des redon­dances des pro­grammes publics aux actifs publics nou­veaux et jusqu’ici non comp­ta­bi­li­sés. Autant de sources de réflexion…

Source


Illustration : © Droits réser­vés.

Johann Hari évoque le revenu de base comme anti‐dépresseur

Johann Hari, auteur de romans à suc­cès, parle de la dépres­sion dans son der­nier livre Lost Connection et explore plu­sieurs pistes pour soi­gner ce trouble men­tal.

La plu­part des solu­tions habi­tuel­le­ment évo­quées contre la dépres­sion agissent au niveau de l’individu. Hari, lui‐même tou­ché par la dépres­sion, sug­gère à l’inverse qu’un chan­ge­ment radi­cal à l’échelle de la socié­té pour­rait mettre fin aux condi­tions d’existence favo­ri­sant l’état dépres­sif.

Continuer la lec­ture

Le revenu universel : une bonne idée ?

Un article d’Amal pour Blooming You pré­sente la concep­tion du reve­nu incon­di­tion­nel qu’Abdennour Bidar défend dans son livre Libérons‐nous !.

5 propositions concrètes pour la mise en place du revenu universel :

1. Fixer le reve­nu uni­ver­sel à un niveau supé­rieur des « mini­ma sociaux » ou du « salaire mini­mum », ces pseudo‐fils de sécu­ri­té qui ne font qu’engluer l’individu dans la pré­ca­ri­té. Pour la France à 1500 euros (3000 pour un couple), et dans chaque pays à un seuil per­met­tant à l’individu de mener une vie décente.

2. Ouvrir par­tout au niveau local, ain­si que sur les réseaux sociaux, des mai­sons et des forums du temps libé­ré, offrant des espaces de dis­cus­sion réelle ou vir­tuelle où tous pour­ront réflé­chir ensemble au sens de ce temps libé­ré et à ce qu’ils veulent faire du reve­nu uni­ver­sel. Ainsi pour tous les indi­vi­dus trop ancrés dans notre cité des tra­vailleurs, ces réseaux d’entraides les aide­ront à s’adapter à leur nou­velle cité.

3. Mettre en place une ins­tau­ra­tion dif­fé­ren­ciée du reve­nu uni­ver­sel, en le pro­po­sant auto­ma­ti­que­ment aux chô­meurs, aux jeunes, retrai­tés, malades, per­sonnes han­di­ca­pées ou inva­lides, et en l’octroyant sur demande à tous ceux qui dési­rent quit­ter leur emploi, sans à se jus­ti­fier.

4. Tout au long de la sco­la­ri­té, faire de l’initiation à la liber­té l’objectif majeur de l’Ecole, de telle sorte qu’à l’âge adulte, la per­sonne ne se retrouve pas per­due dans la civi­li­sa­tion du temps libé­rée mais dotée d’une capa­bi­li­té réelle d’autodétermination. C’est une idée qui appa­rait déjà dans cer­taines écoles de l’Education de demain.

5. Créer un nou­vel éco­sys­tème de civi­li­sa­tion repen­sé et réor­ga­ni­sé pour faire contri­buer toutes nos struc­tures sociales au ser­vice d’un objec­tif : offrir à cha­cune et cha­cun les moyens de consa­crer son temps libé­ré à la culture de son huma­ni­té. C’est par cette culture du savoir‐être, de l’introspection, et de la contem­pla­tion que nous bas­cu­le­rons vrai­ment dans la cité des phi­lo­sophes.

Source


Illustration : © Getty Images.

Un nouveau livre sur le revenu de base

Une syn­thèse par Robert Cauneau du nou­veau livre de Michel Lepesant et Baptiste Mylondo : Inconditionnel – antho­lo­gie du reve­nu uni­ver­sel, déjà pré­sen­té ici.

L’objectif de cette antho­lo­gie est d’illustrer la diver­si­té des approches des reve­nus incon­di­tion­nels, et de leurs ori­gines. La convic­tion des deux auteurs est que « le reve­nu incon­di­tion­nel n’est pas un simple enjeu comp­table, mais bien, avant toute chose, une ques­tion phi­lo­so­phique, de jus­tice sociale« . Ils consi­dèrent qu’ »il faut, dans un tel débat, prendre soin de dis­tin­guer le sou­hai­table (phi­lo­so­phi­que­ment), le pos­sible (pra­ti­que­ment) et le fai­sable (poli­ti­que­ment). » Cette antho­lo­gie traite sur­tout du pre­mier point, un peu du second, mais laisse le troi­sième aux débats futurs.

Source


Illustration : Domaine Public Paul Signac, 1893 – 95, Au temps d’harmonie.

Avec les robots, une vie sans travail ?

Un article d’Alain Véronèse sur le blog de Guy Valette recense deux ouvrages récents : Robotariat de Bruno Teboul et Fuck Work ! de James Livingston.

Un aper­çu de ses pro­pos sur Robotariat, cri­tique de l’automatisation de la socié­té :

L’argumentation ser­rée entend com­bi­ner et l’instauration d’un reve­nu de base (ou uni­ver­sel) et une impor­tante réduc­tion du temps de tra­vail. La conjonc­tion des deux reven­di­ca­tions est assez rare : trop sou­vent les par­ti­sans du reve­nu de base (tel le MFRB) « oublient » la réduc­tion du temps de tra­vail, et les mili­tants de la réduc­tion du temps de tra­vail, sou­vent d’obédience mar­xiste (J.-M. Harribey, M. Husson) dénonce l’illusion du reve­nu de base et les dan­gers d’une sub­ven­tion offerte au patro­nat…

Puis à pro­pos de Fuck Work!, pour une vie sans tra­vail :

Le style de Livingston (tel que tra­duit par Pierre Vesperini) au ser­vice d’une argu­men­ta­tion construite ouvre de nou­velles lignes d’horizon capable de mettre en marche les popu­la­tions délais­sées par les dis­rup­tions capi­ta­listes, c’est à dire les sur­nu­mé­raires et autres « inutiles au monde », dont les « pre­miers de cor­dée » tirent les ficelles…


Illustration : CC0 Jeremy Avery.

Faut‐il un revenu universel ?

Une recen­sion de l’ouvrage cri­tique coor­don­né par Jean‐Marie Harribey et Christiane Marty, par Jean‐Pierre Touchard sur le site d’ATD Quart Monde.

« Au vu de la situa­tion sociale très dégra­dée, on ne peut en res­ter à une cri­tique du reve­nu uni­ver­sel », d’où cette troi­sième par­tie, sans doute la plus inté­res­sante, où les auteurs prennent le par­ti de relan­cer et de défendre un pro­jet de socié­té, en réaf­fir­mant les soli­da­ri­tés afin d’assurer à cha­cun un reve­nu mini­mum décent, par pro­gres­sion des mini­ma sociaux, et de res­tau­rer le prin­cipe de notre consti­tu­tion : un » droit à l’emploi pour cha­cun ».

Ils pro­posent un nou­veau modèle pro­duc­tif :
– en relan­çant la pers­pec­tive de réduc­tion du temps de tra­vail ;
– en orien­tant la pro­duc­tion vers les oppor­tu­ni­tés de la tran­si­tion éco­lo­gique, créa­trice d’emplois ;
– en déve­lop­pant et amé­lio­rant les ser­vices publics ;
– en amé­lio­rant les condi­tions de tra­vail des sala­riés et en ren­for­çant leurs droits et leur pou­voir dans l’entreprise.


Illustration : © DR.

Livre : Le revenu de base, et comment nous pouvons le rendre concret

Traduction d’un article de Kate McFarland ini­tia­le­ment publié en anglais sur BasicIncome.


Guy Standing, co‐fondateur et co‐président hono­raire du Réseau mon­dial pour le reve­nu de base, publie son nou­veau livre en anglais : Basic Income : And How We Can Make It Happen (Le Revenu de base, et com­ment nous pou­vons le rendre concret). L’éditeur, Pelican Books, est bien connu pour la publi­ca­tion d’essais se vou­lant acces­sibles au plus grand nombre, du point de vue de conte­nu comme du prix.

Continuer la lec­ture

Livre : Revenu garanti et innovation technologique, entre algorithmique et robotique

Traduction d’un article de Sandro Gobetti ini­tia­le­ment publié en anglais sur BasicIncome.


QR7 Robot

Le Réseau Italien pour le Revenu de Base (BIN Italia) vient de publier son der­nier ouvrage : Revenu garan­ti et inno­va­tion tech­no­lo­gique, entre algo­rith­mique et robo­tique.

Publié en mars 2017, c’est le sep­tième volume de la série des « Cahiers pour le reve­nu » (QR – Quaderni per il Reddito) que pro­duit l’association. Au long des 180 pages de l’ouvrage, une quin­zaine d’auteurs apportent leur pierre au débat ita­lien autour de la robo­ti­sa­tion, l’économie de pla­te­formes (rému­né­ra­tion à la tâche), l’intelligence arti­fi­cielle et bien sûr le reve­nu de base.

Le livre est gra­tuit et libre­ment consul­table ici (en ita­lien).

Pour lire l’ensemble des « Cahiers pour le reve­nu » cli­quer ici (en ita­lien).


Illustration : Basic Income Network Italia.

Livre : Financer le revenu de base, répondre à l’objection du coût

Traduction d’un article de Kate McFarland ini­tia­le­ment publié en anglais sur BasicIncome.


financing basic income

Financing Basic Income : Addressing the Cost Objection (finan­cer le reve­nu de base, répondre à l’objection du coût), sous la direc­tion de Richard Pereira de l’université de Birmingham, est le nou­veau livre de la col­lec­tion Exploring the Basic Income Guarantee (explo­rer le reve­nu de base garan­ti) édi­tée chez Palgrave Macmillan.

Continuer la lec­ture