Johann Hari évoque le revenu de base comme anti-dépresseur

Johann Hari, auteur de romans à succès, parle de la dépression dans son dernier livre Lost Connection et explore plusieurs pistes pour soigner ce trouble mental.

La plupart des solutions habituellement évoquées contre la dépression agissent au niveau de l’individu. Hari, lui-même touché par la dépression, suggère à l’inverse qu’un changement radical à l’échelle de la société pourrait mettre fin aux conditions d’existence favorisant l’état dépressif.

Dans le dernier chapitre de son livre, Hari s’intéresse au revenu universel de base, notamment à travers des entretiens avec Rutger Bregman, l’historien Néerlandais qui a publié Utopies Réalistes (où il avance qu’en donnant aux gens de quoi pourvoir à leurs besoins de base, on peut améliorer leur condition, les libérer des boulots à la con et leur permettre de prendre pleinement part à la société) ; et avec Evelyn Forget, l’économiste Canadienne.

Dans une interview à propos de Lost Connection, Hari a qualifié le revenu universel de base d’ « anti-dépresseur très puissant ». La littérature scientifique à ce sujet, bien que limitée à des exemples ponctuels comme l’expérimentation du Manitoba au Canada dans les années 1970, semble valider cette hypothèse.


Traduction d’un article de Claire Bott initialement publié en anglais sur Basic Income News.

Illustration : CC0 George Hodan.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.