Les expérimentations du revenu de base : limites et risques

Un article de Robert Cauneau analyse et critique la volonté actuelle de 13 départements français d’expérimenter un revenu minimum garanti.

Devant ces limites et tous ces risques, qui font considérablement douter de la pertinence des expérimentations, il nous semble qu’il serait beaucoup plus efficace de s’orienter vers des débats publics, impliquant non seulement les politiques, les experts et les militants, mais toute la population, et qui permettraient au moins de tester la désirabilité de la réforme. Ces débats devraient idéalement porter certes sur les sujets abordés dans le cadre de la préparation des expérimentations départementales, mais également, et peut-être surtout, sur des questions beaucoup plus larges. Il s’agit, en effet, de définir une vision globale de ce que devrait être la société de demain (lutte contre la pauvreté, contre les inégalités, vision écologique, etc­) L’heure n’est donc pas aux expérimentations. Elle est plutôt à l’approfondissement de ses justifications et au débat public.

Source


Illustration : © Kurzgesagt.

Le revenu universel pourrait être expérimenté en Meurthe-et-Moselle

Un article d’Antony Speciale pour Lorraine Actu revient sur la consultation publique en ligne en vue d’un possible expérimentation en Meurthe-et-Moselle. Douze autres départements sont dans la même dynamique.

La volonté de ces 13 départements est commune : tous veulent proposer à leurs habitants un revenu minimal. Celui-ci aurait pour objectif de « résorber la grande pauvreté et assurer un niveau de vie minimal », « favoriser l’autonomie du projet de vie » ou encore « faciliter le retour à l’emploi ».

Source


Illustration : © Le Républicain.

Le ministre finlandais des Finances veut mettre fin à l’expérience du RBI

Un article d’Emmanuel Garessus pour Le Temps revient sur la volonté du ministre d’arrêter l’expérimentation en cours auprès de personnes sans emploi.

La décision de prolonger ou non le projet dépendra des résultats des élections qui se tiendront en avril prochain. Le parti de Petteri Orpo est actuellement en tête dans les sondages. L’une des réformes qu’il a introduites, appelée modèle d’activation, oblige les chômeurs à effectuer 18 heures de travail rémunéré ou à suivre une formation dans les trois mois sous peine de perdre 4,7% de leur allocation (soit 32 euros). L’expérience a révélé que la moitié des chômeurs ne parvenaient pas à remplir les conditions voulues et perdaient une partie de leurs allocations. Pour Petteri Orpo, ce n’est pas une mesure «particulièrement rude».

Source


Illustration : © Tuomas Forsell.

Revenu universel : dépasser le théorème d’impossibilité

Un article de Marc-Antoine Sabaté pour la revue Esprit fait le point sur l’état du débat en France autour du revenu sans condition.

Il explore différents pans du sujet : le débat philosophique à réinvestir ; la (non-) question du financement ; l’acceptabilité sociale à construire ; la faisabilité des différentes propositions ; la (fausse) avancée des expérimentations ; et enfin la compatibilité avec l’idée de sécurité sociale.

Loin de s’épuiser dans la seule question de son financement, la faisabilité du revenu universel doit dès lors être plus généralement envisagée à partir de l’écart, de la tension inévitable entre, d’une part, le choix de sa mise en place, les justifications politiques de ce choix et la manière dont il s’incarne dans les modalités retenues et, d’autre part, les multiples effets systémiques qu’il devrait entraîner. Écart, autrement dit, entre ce qui motive l’idée et ce que, soutenable, elle permettrait dans les faits ; entre les différentes promesses de justice sociale et d’autonomie individuelle qui la portent et la réalité incertaine de ses conséquences économiques et sociales.

Au terme de cet article clair et accessible, il considère que l’idée du revenu inconditionnel peut progresser à condition que les débats avancent sur deux axes : les effets socioéconomiques des multiples « versions » de revenu universel ; et la réincarnation des options politiques portées par les  divers projets, permettant ainsi de faire un réel choix de société.


Illustration : Carlos Pernalete Tua.

Revenu de base : une expérimentation dès l’an prochain ?

Un article de Solène Méric pour Aqui revient sur le lancement hier par 13 présidents de département d’une enquête citoyenne, qui pourrait déboucher sur une expérimentation l’an prochain.

Non seulement le RSA n’a pas fait ses preuves, mais « il souffre d’une image stigmatisée », expliquant en partie un taux de non recours particulièrement élevé, frôlant les 35%. Autre limite de ce dispositif pointé par Jean-Luc Gleyze: « le RSA ne prend pas en compte la réalité des parcours professionnels et des parcours de vie ».

Et pour cause, « pendant longtemps, on a considéré que pauvreté (et donc le RSA) rimait avec assignation à résidence. Or désormais, on voit bien que beaucoup de personnes doivent faire face à la pauvreté alors même qu’elles sont en activité, comme par exemple de nombreux agriculteurs, ou encore des personnes qui lancent leur activité, et qui ne peuvent pas se sortir un salaire durant plusieurs mois. » explique l’économiste Daniel Cohen, également présent ce jeudi. « Il en va de même pour les aidants qui s’occupent de leurs proches âgés, affaiblis ou handicapés, et qui doivent mettre leur vie professionnelle entre parenthèse. Enfin, se pose aussi la question des jeunes de 18 à 25 qui ne peuvent pas être bénéficiaires du RSA, et dont 24% vivent en dessous du seuil de pauvreté », liste encore Jean-Luc Gleyze.

À noter que les 18 scénarii qui vont êtres étudiés par l’Institut des Politiques Publiques prévoient un montant de « revenu de base » dépendant de la condition de chaque bénéficiaire. Pas de quoi parler d’universalité pour l’instant, donc. Ni de dépasser l’effet stigmatisant des dispositifs actuels de protection sociale.


Illustration : © CD 33.

Baby steps on the road to a basic income

Baby steps on the road to a basic income

Un article en anglais de Socrates Schouten pour le Green European Journal fait le point sur les expérimentations, modestes, lancées dans sept villes des Pays-Bas.

But do the experiments with supplementary benefit reveal anything about the basic income, considering they have been so modified? Sjir Hoeijmakers: “Experiments are limited, but not useless. You need political will and a good team of researchers and administrative backup. That’s why it’s such a pity that the Dutch scheme has been devised so defensively. In other countries there are fantastic, well-devised experiments: good research setup, sufficient capacity, general consensus.

Les conditions, les buts, les contours et l’accompagnement des expérimentations sont évidemment des enjeux politiques forts et conditionnent les enseignements qui en seront tirés.


Illustration : © DR.

La Finlande expérimente le revenu de base depuis un an maintenant. Quelles leçons en tirer ?

Finlande Hockey

Un article d’Audrey Duperon pour L’Express revient sur l’expérimentation menée en Finlande : un échantillon de personnes sans emploi perçoit actuellement un revenu sans condition.

[…] beaucoup objectent que les résultats de l’expérience finlandaise ne peuvent être représentatifs, parce que l’échantillon de bénéficiaires est bien trop réduit, et parce que le revenu de 560 € est trop faible pour permettre de vivre décemment. Néanmoins, il devrait apporter des réponses à d’autres questions sociales. En effet, la sécurité financière qu’il apporte peut peut-être réduire l’anxiété et le stress au point d’avoir un impact visible sur le plan de la santé.


Illustration : © Timothy A. Clary / AFP.

Pour un conseiller de la Première ministre d’Écosse, il faut « taxer les riches pour donner aux pauvres »

Dr Harry Burns

Un article (en anglais) d’Andrew Whitaker pour The Herald rapporte l’enthousiasme d’Harry Burns, conseiller de la Première ministre Nicola Sturgeon, pour expérimenter un revenu sans condition en Écosse.

Burns, dans le Sunday Herald d’aujourd’hui : « Il est temps de nous attaquer également aux causes des inégalités et un revenu de base pourrait transformer le quotidien des régions écossaises les plus pauvres ». Il exhorte les ministres membres du Parti national écossais (SNP) à faire preuve d’audace, considérant qu’Holyrood [le parlement Écossais] avait les moyens de mettre en place le dispositif testé avec succès dans certaines régions d’Amérique du Nord.

Il poursuit : « Le programme du gouvernement écossais pour 2017-2018 contient le vœu d’étudier l’effet d’un revenu de base citoyen en Écosse. Le programme présente ce dispositif comme « non testé », alors qu’en fait, la mesure a déjà été testée, et elle fonctionne. »


Illustration : © Colin Templeton.

Revenu universel : l’impossible expérimentation

Revenu universel l'impossible expérimentation

Une tribune de Guillaume Allègre dans Les Échos critique les initiatives actuelles d’expérimentation de revenu sans condition : trop courtes, trop limitées, difficiles à évaluer…

Ces initiatives traduisent un véritable engouement pour la démarche expérimentale : si l’on ne connaît pas les effets d’une politique, il suffirait de l’expérimenter. Mais cet engouement a tendance à minimiser les obstacles auxquels font face les expérimentations de revenu universel.


Illustration : © Shutterstock.

Suisse : Un projet de revenu garanti suscite l’intérêt

Un projet de revenu garanti suscite l'intérêt

Un article de l’Agence télégraphique suisse pour 24 heures présente l’initiative de la réalisatrice Rebecca Panian qui cherche un village prêt à expérimenter un revenu de base.

On est encore dans le flou s’agissant de l’argent nécessaire à une telle expérimentation. La réalisatrice se prononcera seulement une fois qu’elle aura connaissance de la commune qui se prêtera au jeu. Son projet a toutefois déjà suscité l’intérêt : en milieu de semaine, elle a reçu entre 20 et 30 propositions. La localité de Bergün dans les Grisons a par exemple été citée par deux fois.


Illustration : © Keystone.

Revenu de base : « Maintenant, je peux vraiment établir un projet de vie »

1000 dollars par mois

Un article de Rémy Descous-Cesari dans Libération recueille le témoignage de deux des trois personnes tirées au sort qui vont recevoir 1 000 euros par mois pendant un an, inconditionnellement.

Je suis curieux, je m’intéresse aux problèmes sociaux et j’attache de l’importance aux innovations. Je me suis inscrit sans vraiment croire que c’était possible de gagner. […] Étant au RSA, je me rends compte que le système actuel ne va pas. Je ne sais pas si les personnes aux plus hautes fonctions se rendent compte de ce qu’elles font.Denis

Source : Revenu de base : « Maintenant, je peux vraiment établir un projet de vie », Rémy Descous-Cesari pour Libération.


Illustration : © Kurzgesagt.

Revenu de base : l’idée passe aux cash-tests

Cash test

Un article de Rémy Descous-Cesari dans Libération présente le dispositif de l’association Mon Revenu de Base et la dynamique actuelle en France.

Qu’est-ce que l’on attend pour assurer une meilleure aide aux pauvres et mettre fin à la pénibilité des tâches au travail ? Aujourd’hui, nous avons les moyens de garantir à tous un revenu équivalent au seuil de pauvreté.Baptiste Mylondo

Source : Revenu de base : l’idée passe aux cash-tests, Rémy Descous-Cesari pour Libération.


Illustration : © Aimée Thirion.

Cette gauche qui mise sur le revenu de base

Camion de campagne du candidat PS a l'election presidentielle, "Revenu universel" ©RGA/REA

Un article d’Audrey Loussouarn pour L’Humanité résume la dynamique de centre-gauche autour de l’idée de revenu de base en cette fin 2017.

L’idée d’un revenu universel, qui a autant irrité que fasciné pendant la présidentielle, semble séduisante… pour des socialistes en mal d’innovation idéologique et des Verts inaudibles. Pour Philippe Martin (président PS du département du Gers), « si ce sujet a fait polémique pendant la campagne, c’est un thème de demain ». Stéphane Troussel, président PS de Seine-Saint-Denis et l’un des porte-parole du candidat Hamon, va plus loin : « Cette expérimentation permet de montrer que les socialistes, malgré les nuances internes, arrivent à se regrouper et à porter un projet commun. » « Même une version modérée n’est pas forcément gagnée puisqu’elle peine à faire l’unanimité au PS, souligne à l’inverse Baptiste Mylondo. À mon sens, si le PS y cherche un renouveau, il faudrait qu’il fasse preuve de plus d’audace. »Audrey Loussouarn

Source : Cette gauche qui mise sur le revenu de base, Audrey Loussouarn pour L’Humanité.


Illustration : © RGA/REA.

Pour un revenu de base dans le Nord

Mediapart le Club

Une tribune dans le Club de Mediapart qui incite le président du département du Nord à rejoindre l’initiative d’expérimentation du revenu de base.

Nous croyons que l’heure est venue pour les départements d’expérimenter le revenu de base.

Dans cette optique, le conseil régional de nouvelle Aquitaine a voté le principe de son expérimentation en septembre 2016. De même, l’association « Mon revenu de Base » a récolté des fonds grâce à son crowdfunding pour lancer une expérimentation citoyenne. Enfin, le 26 novembre dernier, huit présidents de départements ont lancé un appel pour l’expérimentation de ce revenu de base. Ils ont déjà été rejoints dans leur initiative par le président du département de la Dordogne.

Premier·e·s signataires : Faustine Balmelle, Secrétaire Nationale des Jeunes Socialistes ; Damien Carême, Maire EELV de Grande-Synthe ; Myriam Cau, Porte-parole EELV Nord-Pas-de-Calais, élue à Roubaix ; Jérémie Crépel, Secrétaire régional EELV Nord-Pas-de-Calais, élu à Lille et à la MEL ; Alexis Debuisson, Militant du M1717 à Armentières ; Karima Delli, Députée européenne EELV du Nord-Ouest ; Sophie Desreumaux, Conseillère Municipale de Caudry ; Nozha El Kassmi, Militante du M1717 à Dunkerque ; Daniel Jankowiak, Militant du M1717 dans le  Sambre Avesnois ; Jeremie Meurisse, Militant du M1717 à Tourcoing ; Sadia Pamart, Militante du M1717 à Roubaix ; Pascale Pavy, Militant du M1717 à Bailleul, ancienne conseillère régionale Nord-Pas-de-Calais ; Benjamin Tison, Coordinateur des Jeunes Socialistes à Armentières ; Roger Vicot, Maire PS de Lomme, Conseiller Départemental du Nord.

Source : Pour un revenu de base dans le Nord, le Club de Mediapart.


Illustration : Mediapart.