Revenu de base : Le mieux, c’est encore d’essayer

Un article de Philippe Mouret pour Dis-Leur ! présente le revenu de base et notamment l’initiative « Mon Revenu de Base » en cours.

Si l’idée d’un Revenu universel passe encore mal dans une France frileuse et où l’on est plus souvent envieux du voisin que désireux d’améliorer sa propre condition, de plus en plus de penseurs et chercheurs s’intéressent au sujet. Et de nombreux ouvrages y sont consacrés. A lire de toute urgence, l’excellent Fuck Work ! – Pour une vie sans travail, de l’Historien et essayiste James Livingston (coll. Champs Actuel – Flammarion, feuilleter en cliquant ICI) qui résume ainsi sa pensée : « Notre productivité nous tue à petit feu, et la planète avec. Il est temps de prendre acte de ce qui est déjà une réalité et de réfléchir à la seule question qui vaille : à quoi ressemblera notre vie, sans le travail : Fuck Work ! »

Paru seulement en anglais (éd. Palgrave Macmillan) le livre Financing Basic income (Financer le revenu universel) soutient qu’un revenu de base d’un niveau décent est en fait finançable. Les contributeurs abordent le sujet du point de vue de trois pays différents (Canada, Suisse et Australie) pour répondre à l’objection qui dit qu’un programme universel visant à garder tous les citoyens au-dessus de la ligne de pauvreté serait trop cher pour être appliqué. Ils passent en revue l’éventail complexe des sources de revenu qui rendraient le revenu de base faisable, de la valeur sous-estimée des redondances des programmes publics aux actifs publics nouveaux et jusqu’ici non comptabilisés. Autant de sources de réflexion…

Source


Illustration : © Droits réservés.

Publié le

Un retour sur la situation des bénéficiaires

Un article de Véronique, adhérente de l’association Mon revenu de base, fait un point d’étape avec les quatre personnes tirées au sort pour bénéficier d’un revenu sans condition pendant un an.

La diversité des profils des bénéficiaires met à jour différentes difficultés et problématiques que chacune et chacun d’entre vous est un jour à même de rencontrer et pour lesquelles le revenu de base apporte des réponses.

Source


Illustration : © Mon revenu de base.

Publié le

« Mon revenu de base », de l’utopie à la réalité

Julien Bayou Colibris

Un entretien de Julien Bayou avec Gabrielle Paoli pour Colibris Magazine revient sur l’initiative « Mon revenu de base » qu’il a lancée.

Au-delà de cette conviction qui est la vôtre que le revenu de base peut être une solution, que cherchez-vous exactement à faire avec cette initiative, « Mon revenu de base » ?

60 milliards de déficit public, 6 millions de chômeurs, du mal-être au travail, la destruction de la planète… Ça fait beaucoup de points négatifs pour un système qui est censé être la norme. Ce que l’on veut faire, c’est aller voir ailleurs, trouver des alternatives. Monnaies locales, revenu de base… on explore !

Or, tant qu’on reste dans le théorique, c’est parole contre parole. J’ai des idées, des convictions, mais c’est tout à fait logique que quelqu’un en face en ait des différentes, et au final, c’est match nul balle au centre. Il faut donc de la matière concrète qui permette de passer du discours théorique à la piste de travail.

Avec l’expérimentation que nous avons lancée, chacun peut s’approprier le concept et, au travers des différents bénéficiaires, s’identifier. Se dire par exemple “ ah tiens, j’aurais fait pareil, j’aurais mis de côté et aidé mes enfants, comme Brigitte”. Le revenu de base devient rugueux, palpable ; avec cette expérience, on interpelle toute la société et on renvoie chacun à ses propres besoins et à ses propres envies.


Illustration : © DR.

Publié le

Ils testent le revenu de base : « J’ai ressenti la liberté qui allait arriver »

12 000 dollars par an

Un article de Camille Bordenet pour Le Monde recueille le témoignage des trois premières personnes tirées au sort par l’association Mon revenu de base.

Elles recevront mille euros par mois durant toute l’année 2018, sans contrepartie.

La première fois que Brigitte a entendu parler du revenu universel par le candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon, elle a trouvé l’idée séduisante, comme beaucoup, « même si ça paraissait trop beau ». Elle a eu du mal à se figurer comment il pourrait être financé ou combien serait alloué à chacun. Bien qu’elle doute que le gouvernement puisse un jour mettre en place une telle mesure, elle est heureuse de pouvoir participer à une expérimentation qui va peut-être permettre à la société d’y réfléchir.


Illustration : © Kurzgesagt.

Publié le

Revenu de base : « Maintenant, je peux vraiment établir un projet de vie »

1000 dollars par mois

Un article de Rémy Descous-Cesari dans Libération recueille le témoignage de deux des trois personnes tirées au sort qui vont recevoir 1 000 euros par mois pendant un an, inconditionnellement.

Je suis curieux, je m’intéresse aux problèmes sociaux et j’attache de l’importance aux innovations. Je me suis inscrit sans vraiment croire que c’était possible de gagner. […] Étant au RSA, je me rends compte que le système actuel ne va pas. Je ne sais pas si les personnes aux plus hautes fonctions se rendent compte de ce qu’elles font.Denis

Source : Revenu de base : « Maintenant, je peux vraiment établir un projet de vie », Rémy Descous-Cesari pour Libération.


Illustration : © Kurzgesagt.

Publié le

Revenu de base : l’idée passe aux cash-tests

Cash test

Un article de Rémy Descous-Cesari dans Libération présente le dispositif de l’association Mon Revenu de Base et la dynamique actuelle en France.

Qu’est-ce que l’on attend pour assurer une meilleure aide aux pauvres et mettre fin à la pénibilité des tâches au travail ? Aujourd’hui, nous avons les moyens de garantir à tous un revenu équivalent au seuil de pauvreté.Baptiste Mylondo

Source : Revenu de base : l’idée passe aux cash-tests, Rémy Descous-Cesari pour Libération.


Illustration : © Aimée Thirion.

Publié le