« Mon revenu de base », de l’utopie à la réalité

Un entre­tien de Julien Bayou avec Gabrielle Paoli pour Colibris Magazine revient sur l’initiative « Mon reve­nu de base » qu’il a lan­cée.

Au-delà de cette conviction qui est la vôtre que le revenu de base peut être une solution, que cherchez-vous exactement à faire avec cette initiative, « Mon revenu de base » ?

60 mil­liards de défi­cit public, 6 mil­lions de chô­meurs, du mal-être au tra­vail, la des­truc­tion de la pla­nète… Ça fait beau­coup de points néga­tifs pour un sys­tème qui est cen­sé être la norme. Ce que l’on veut faire, c’est aller voir ailleurs, trou­ver des alter­na­tives. Monnaies locales, reve­nu de base… on explore !

Or, tant qu’on reste dans le théo­rique, c’est parole contre parole. J’ai des idées, des convic­tions, mais c’est tout à fait logique que quelqu’un en face en ait des dif­fé­rentes, et au final, c’est match nul balle au centre. Il faut donc de la matière concrète qui per­mette de pas­ser du dis­cours théo­rique à la piste de tra­vail.

Avec l’expérimentation que nous avons lan­cée, cha­cun peut s’approprier le concept et, au tra­vers des dif­fé­rents béné­fi­ciaires, s’identifier. Se dire par exemple “ ah tiens, j’aurais fait pareil, j’aurais mis de côté et aidé mes enfants, comme Brigitte”. Le reve­nu de base devient rugueux, pal­pable ; avec cette expé­rience, on inter­pelle toute la socié­té et on ren­voie cha­cun à ses propres besoins et à ses propres envies.


Illustration : © DR.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.