Ils testent le revenu universel : un an, c’est beaucoup et peu à la fois

Un repor­tage de Matthieu Jublin pour LCI suit, chaque mois, les trois pre­mières per­sonnes béné­fi­ciaires du tirage au sort orga­ni­sé par Mon reve­nu de base.

« Si c’était un reve­nu de base à vie, j’aurais pu me rache­ter une voi­ture plus vite, en fai­sant un cré­dit, et cher­cher du tra­vail plus faci­le­ment », estime Denis, qui reste pour l’heure limi­té à son vil­lage. « J’aurais eu plus de temps pour pré­pa­rer une for­ma­tion, ajoute‐t‐il. Ça dure un an. Là, ça va être com­pli­qué. Il ne faut pas perdre son temps. »

Brigitte, elle, est moins pres­sée. Mais elle aus­si a remis à plus tard ses pro­jets. Cette quin­qua­gé­naire qui vit en Bretagne n’a pas tou­ché à son reve­nu de base. « Pas de folie, pas de vacances », assure‐t‐elle, même si son tra­vail de ven­deuse à temps par­tiel ne lui assure que des reve­nus modestes.


Illustration : © LCI.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.