Catégories
Revenu de base

Green New Deal : le revenu de base universel pourrait rendre possible la transition écologique

Cette tribune de Fabian Schuppert pose le revenu de base universel comme préalable à une transition écologique réussie.

Cette tribune de Fabian Schuppert pose le revenu de base universel comme préalable à une transition écologique réussie.

D’ici dix ans, les États-Unis devraient avoir abandonné les énergies fossiles et s’approvisionner à 100 % en énergies renouvelables. C’est ce que réclame une pétition signée par plus de 600 personnes et adressée au Congrès le 10 janvier 2019.

Les signataires demandent également l’isolation de tous les bâtiments du pays pour économiser l’énergie, ainsi que l’élimination des émissions de gaz à effet de serre issus de l’industrie, de l’agriculture et des transports. Des objectifs très ambitieux si l’on veut les atteindre d’ici 25 ans. Si c’est d’ici dix ans, il nous faudra non seulement une transition écologique, mais aussi une révolution écologique.

Les signataires le savent, c’est pourquoi iels proposent que l’État fédéral soit le fer de lance de cette révolution et devienne le financeur principal de ce « Green New Deal ». Mais en pratique, à quoi cela pourrait-il ressembler, et comment l’économie serait-elle transformée ?

Un « New Deal » pour les travailleur·euses

Ce « Green New Deal » nécessiterait une politique gouvernementale aux antipodes de l’austérité. Au lieu d’une fiscalité réduite, l’État devrait investir massivement pour transformer profondément la société et l’économie. En accord avec les préceptes de la Modern Monetary Theory (voir ici en français), qui considère d’ailleurs la dette publique comme normale voire souhaitable, à condition qu’elle contribue à une économie du bien commun et favorise l’activité économique.

Les gouvernements et les banques centrales devraient utiliser la dépense publique pour réduire le chômage et financer des mesures clés : décarboner l’économie, construire des transports en commun électriques, isoler les bâtiments… Cela entraînerait naturellement une augmentation notable de la dette publique. Le gouvernement devrait alors également augmenter les impôts, en particulier sur la fortune, le capital et les sociétés.

Les travailleurs·euses des industries polluantes, telle que l’extraction du charbon, ne soutiendront pas une transition écologique qui les laisse sur le carreau. DmyTo / Shutterstock.

En plus de constituer le principal bailleur de fonds de la transition, l’État constituerait également un employeur en dernier recours, puisque le « Green New Deal » devrait assurer un emploi à chacun·e. C’est une promesse très ambitieuse, notamment car on peut attendre des destructions d’emplois massives dans les industries dépendantes des énergies fossiles. L’industrie du charbon ne serait pas la seule touchée : de nombreux travailleurs·euses de l’industrie automobile, de la sidérurgie, de l’agriculture intensive et de l’industrie alimentaire verraient aussi leurs emplois disparaître.

Bien sûr, on peut également attendre de la transition écologique des créations massives d’emplois, mais deux problèmes demeurent. Les travailleurs·euses pourront-iels bénéficier rapidement de formations adaptées pour occuper ces nouveaux postes, ou bien les compétences requises seront-elles radicalement différentes ? Ces nouveaux emplois écologiques seront-ils durables, ou y aura-t-il une « bulle verte » pendant la transition, suivie d’une explosion entraînant un chômage massif ?

Revenu de base universel écologique

À court et à moyen terme, atteindre le plein emploi semble de fait irréaliste, à moins que l’État ne force la population à occuper n’importe quel emploi, à n’importe quel prix. Un « Green New Deal » devrait au contraire se donner comme priorité l’instauration d’un revenu de base universel afin de donner à la population les moyens de refuser de mauvaises conditions de travail et des emplois sous-payés .

L’idée d’un revenu de base universel est simple. Au lieu de verser des prestations sociales sous conditions de ressources aux personnes sans emploi, l’État verserait à chaque membre de la société un revenu de base tous les mois. L’argent proviendrait de la fusion de certains dispositifs conditionnels actuels et de la taxation des nouvelles activités économiques, comme l’industrie de la transition écologique. Dans un système où toute personne n’est pas en mesure d’accéder à un emploi décent, ce revenu de base couvrirait les besoins de base et permettrait aux personnes de mener d’autres activités enrichissantes, au-delà de l’emploi.

Une personne fait la queue pour postuler au nouveau « salaire de citoyenneté » italien – un essai de revenu minimum qui a débuté le 6 mars 2019. EPA-EFE / Alessandro Di Marco.

L’introduction d’un revenu de base universel faciliterait la transition écologique. Car un « Green New Deal » radical ne doit pas punir les travailleurs·euses de l’économie actuelle, gourmande en énergie fossile. En octroyant à ces personnes qui risquent fort de perdre leur emploi un filet de sécurité garanti, on gagnerait leur soutien à la transition écologique. Et l’on s’assurerait également que les personnes les plus vulnérables à ces transformations d’ampleur ne soient pas laissé·es sur le bas-côté.

Au lieu de créer des emplois d’État ayant pour unique but d’assurer à chacun·e un poste, l’État pourrait donner à sa population les moyens de mener une vie digne dans le cadre de la transition écologique. Un revenu de base universel pourrait octroyer aux citoyen·nes du temps pour participer à la vie de la communauté, autant d’activités enrichissantes qui ne génèrent pas de profit mais ont une valeur sociale importante. Réduire les longues files de voitures des trajets domicile-travail pour augmenter d’autant les jardins partagés où l’on cultive de la nourriture ou bien où l’on profite simplement de la nature, voilà qui pourrait symboliser un nouveau mode de vie.

Un revenu de base universel élevé réduirait le stigmate du travail non rémunéré comme le travail domestique, le soin et le bénévolat dans les arts et le social. Il permettait aussi aux personnes de refuser des emplois nuisibles à l’environnement ou sous-payés. Un revenu décorrélé du travail salarié entraînerait de nouveaux flux monétaires dans l’économie, brisant le cycle de production et de consommation, très gourmand en énergie et responsable d’une grande partie des émissions carbonées.

Pour que l’idée d’un « Green New Deal » s’impose dans la société, ses retombées doivent être vraiment universelles. Quel meilleur moyen de garantir une transition écologique juste, et de veiller à ce que personne ne reste sur le bord de la route, que le revenu de base universel ?


Traduction d’un article de Fabian Schuppert initialement publié sur The Conversation. License : CC-BY-ND. Illustration : Kit8.net/Shutterstock.

Partager

Commentaires