Rapport : Chemins vers un revenu de base universel – Argumentaire pour un fonds d’expérimentation

La Royal Society of Arts (RSA) bri­tan­nique a publié un rap­port plai­dant pour la créa­tion d’un fonds d’expérimentation de « reve­nu de base ».

Mi‐février l’institution bri­tan­nique annon­çait son rap­port qui pro­pose « la créa­tion d’un fonds pour expé­ri­men­ter le reve­nu de base ».

L’appellation « reve­nu de base » est cepen­dant abu­sive : outre la durée limi­tée du reve­nu pro­po­sé – com­pré­hen­sible puisqu’il s’agit d’une expé­ri­men­ta­tion – la cible n’est pas uni­ver­selle : seules les per­sonnes de moins de 55 ans pour­raient y pré­tendre.

Une res­tric­tion qui trouve son expli­ca­tion lorsqu’on exa­mine l’argumentaire d’Anthony Painter, Jake Thorold et Jamie Cooke, auteurs du rap­port. Le but du dis­po­si­tif pro­po­sé est en effet de per­mettre aux béné­fi­ciaires de se for­mer ou de lan­cer une nou­velle acti­vi­té.

Comment ? En béné­fi­ciant, pen­dant deux ans, d’un reve­nu annuel de 5 000 livres. Soit un mon­tant glo­bal de 14,5 mil­liards de livres par an pen­dant 13 ans, la durée envi­sa­gée de l’expérimentation. Le fonds pour­rait trou­ver son finan­ce­ment dans le réta­blis­se­ment de l’impôt sur les socié­tés à 28 %, son taux ini­tial, alors qu’il est pro­gres­si­ve­ment réduit jusqu’à 17 % par le gou­ver­ne­ment actuel.

Les auteurs concluent en recon­nais­sant que leur pro­po­si­tion n’est pas un reve­nu de base uni­ver­sel, mais voient leur dis­po­si­tif comme une étape pos­sible vers l’instauration d’un reve­nu sans condi­tion au Royaume‐Uni.

La RSA pro­pose sur son site le rap­port accom­pa­gné d’une pré­sen­ta­tion.

Via Basic Income News.


Illustration : © RSA.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.