En Lorraine, une entreprise a été créée pour embaucher tous les chômeurs du coin

Un article de Laura Wojcik pour Partage Social Club revient sur l’initiative « ter­ri­toire zéro chô­meur » à Colombey‐les‐Belles, avec le témoi­gnage de quelques béné­fi­ciaires, un an après le coup d’envoi du dis­po­si­tif.

« Si vous avez un enfant qui doit aller à l’école, vous ne vous deman­dez pas s’il y a de la place à l’école, sim­pli­fie Bertrand Deligny, pré­sident de La Fabrique. Et ben nous on fait exac­te­ment la même chose pour les chô­meurs de longue durée. Ils ne doivent pas se poser la ques­tion de savoir s’il y a du tra­vail. Il y en a. »

Cette machine à four­nir des emplois a été créée dans le cadre de l’expérimentation natio­nale « zéro chô­meur de longue durée » qui concerne 10 zones tests en France. Le finan­ce­ment public du pro­jet est garan­ti depuis février 2016 grâce à une loi votée à l’unanimité à l’Assemblée natio­nale et au Sénat.

L’idée est née au sein de l’association ATD Quart Monde au milieu des années 90. À par­tir de trois constats :

  • Le tra­vail existe puisque chaque ter­ri­toire pré­sente une liste de besoins non satis­faits. Exemple : le net­toyage des cime­tières muni­ci­paux, l’entretien des forêts locales ou des mis­sions d’aide à la per­sonne.
  • Chaque chô­meur de longue durée pos­sède des com­pé­tences pour assu­rer ces tâches.
  • L’argent ne manque pas non plus. Les nou­veaux emplois sont finan­cés en pio­chant dans les dépenses publiques autre­fois vouées à com­pen­ser l’inactivité pro­fes­sion­nelle. Une enve­loppe qu’ATD Quart Monde estime à 18 000 € par an et par chô­meur de longue durée.

Illustration : © Partage Social Club.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.