Retour sur le 17e congrès espagnol du revenu de base

Un article (en anglais) dans Basic Income News qui revient sur le 17e congrès de Red Renta Básica, le réseau espa­gnol pour le reve­nu de base.

Trois jours de col­loque du 2 au 4 novembre durant les­quels se sont suc­cé­dés débats et tables rondes.

La mati­née du troi­sième jour était consa­crée au der­nier débat, inti­tu­lé « 30 ans de reve­nu mini­mum : le reve­nu de base comme alter­na­tive ». La dis­cus­sion a por­té sur l’échec des poli­tiques de reve­nu mini­mum (condi­tion­nel) à éra­di­quer la pau­vre­té, et sur les autres approches pos­sibles.Andre Coelho

Source : SPAIN : XVII Simposium of Red Renta Básica, Andre Coelho, Basic Income News.


Illustration : Droits réser­vés.

Brésil : la ville de Maricá poursuit son chemin vers un revenu de base

Traduction d’un article d’Andre Coelho ini­tia­le­ment publié en anglais sur Basic Income.


Fabiano Horta

Fabiano Horta. Photo : G1 Região dos Lagos.

Fabiano Horta, maire de Maricá au Brésil, vient d’étendre le reve­nu uni­ver­sel en vigueur dans la ville à l’ensemble de ses concitoyen·ne·s. Il veut éga­le­ment en décu­pler le mon­tant d’ici la fin 2017.

Continuer la lec­ture

Thomas Piketty détaille davantage « Le capital au XXIe siècle » et ses liens avec le Revenu de Base

Plusieurs articles d’une revue d’étude sur le reve­nu de base détaillent les liens entre le livre de Thomas Piketty et le reve­nu uni­ver­sel.

Après le reten­tis­sant suc­cès com­mer­cial et cri­tique de son livre « Le capi­tal au XXIe siècle », Thomas Piketty a répon­du à la fois aux détrac­teurs et aux défen­seurs du Revenu de Base sous la forme d’un article publié dans le der­nier numé­ro de Basic Income Studies. Dans l’intro­duc­tion de cette revue, Michael Howard décrit Piketty comme « réser­vé (…) sur l’idée de consi­dé­rer un trans­fert moné­taire comme solu­tion miracle ». Toutefois, ce der­nier est depuis 1997 un défen­seur de l’impôt pro­gres­sif et de cer­taines pro­po­si­tions de reve­nu de base, tout par­ti­cu­liè­re­ment sous la forme de l’impôt néga­tif. Bien qu’il tienne un dis­cours conforme à ses décla­ra­tion pré­cé­dentes sur le rôle de l’État-providence, il se déclare en faveur de « trans­ferts moné­taires uni­ver­sels au pro­fit des enfants dépen­dants ». Malgré ses désac­cords avec le reve­nu de base, il le recon­naît tou­te­fois comme un sujet méri­tant dis­cus­sion.

Dans le même numé­ro de Basic Income Studies, plu­sieurs contri­bu­teurs dis­cutent le livre de Piketty sous plu­sieurs angles. Ainsi George Grantham essaye-t-il de déter­mi­ner si la posi­tion de Piketty est soluble dans l’économie hété­ro­doxe, tout en recon­nais­sant que le capi­ta­lisme s’accommoderait pro­ba­ble­ment d’un reve­nu de base peu éle­vé. Plus loin, Louise Haagh avance dans son article, comme Piketty, que le reve­nu de base n’est pas une for­mule magique, mais plu­tôt un outil essen­tiel pour mener une poli­tique pro­gres­siste, pro­mou­vant l’équité sociale et le déve­lop­pe­ment. Dans sa contri­bu­tion, Karl Widerquist insiste sur la ten­dance des entre­pre­neurs à deve­nir ren­tiers, mais aus­si sur le fait que les inéga­li­tés en hausse dépendent à la fois de la dif­fé­rence entre le taux de retour sur inves­tis­se­ment et la crois­sance de l’économie (le fameux « r > g »), mais aus­si de la richesse que les capi­ta­listes dépensent dans l’économie. Il avance qu’en plus de l’impôt pro­gres­sif, il fau­drait impo­ser le patri­moine. Un dis­po­si­tif à cou­pler pour lui avec une forme de redis­tri­bu­tion des richesses ou de reve­nu de base.

BIS

La cou­ver­ture du numé­ro de Basic Income Studies.

Ces auteurs, comme les autres qui ont aus­si détaillé leur lec­ture du « Capital au XXIe siècle » dans le der­nier numé­ro en date de Basic Income Studies (Ruben Lo Vuolo, Geoff Crocker et Harry Dahms), sont glo­ba­le­ment una­nimes pour dire que les pro­blèmes sociaux sont issus des inéga­li­tés de reve­nus. Partant, de nou­velles formes de redis­tri­bu­tion des richesses, ou le ren­for­ce­ment des dis­po­si­tifs exis­tants, sont pour eux essen­tiels pour retrou­ver un équi­libre social, ou du moins réduire les inéga­li­tés dans un pre­mier temps. À l’arrière-plan, pas encore abor­dée, demeure la ques­tion pré­gnante des ins­tances poli­tiques déci­sion­naires, qui penchent actuel­le­ment très for­te­ment en faveur des membres les plus riches de nos socié­tés.


Article ini­tia­le­ment publié par Andre Coelho sur basi​cin​come​.org.

Crédit pho­to : CC BY-NC-ND Universitat Pompeu Fabra