Quand les aides sociales vous assignent à résidence

Un article de Guy Valette étu­die des cas concrets pour com­pa­rer le sys­tème actuel d’aides sociales condi­tion­nelles avec un reve­nu sans condi­tion.

Tous ces exemples révèlent com­bien ces aides spé­ci­fiques, condi­tion­nées, ne per­mettent pas de se pro­je­ter dans l’avenir, tant il est dif­fi­cile de savoir com­ment évo­lue le mon­tant de l’allocation en fonc­tion d’un chan­ge­ment de situa­tion, ce qui incite l’individu à se satis­faire d’une situa­tion pré­caire mais dont il connait par­fai­te­ment tous les contours au lieu de ris­quer de plus trou­ver son compte dans un chan­ge­ment de situa­tion. Ainsi le manque de visi­bi­li­té peut conduire à l’inaction et la relé­ga­tion tant dans le domaine affec­tif ou fami­lial que dans le tra­vail. Elle incite aus­si à occul­ter sa situa­tion réelle pour ne pas perdre une par­tie des aides. Enfin la com­plexi­té des pro­cé­dures, les contrôles inqui­si­teurs néces­saires génèrent des coûts de fonc­tion­ne­ment impor­tants à la C.A.F ain­si que des ten­sions et conflits entre usa­gers et agents de la C.A.F.

Source


Illustration : Artiste inconnu·e.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.