Catégories
Revenu de base

Pour un revenu de transition écologique

Un entretien de Sophie Swaton pour le Green European Journal présente sa proposition de revenu de transition écologique et la compare à celle d’un revenu de base.

Un entretien de Sophie Swaton pour le Green European Journal présente sa proposition de revenu de transition écologique et la compare à celle d’un revenu de base.

Comment vous est-venu l’idée du RTE ?

Cette idée de RTE m’est venue après des années de travail sur le RBI (j’ai fait ma thèse de doctorat sur le sujet), et l’identification de plusieurs manques. Il y a quatre principales failles du RBI qui m’ont conduit à proposer un dispositif plus complet d’accélération de la transition.
Premièrement, la seule dimension monétaire du RBI me gêne, incapable de prendre en compte justement la liberté réelle invoquée : comment prendre en compte sans un accompagnement adéquate les capabilities des personnes ? Deuxièmement, l’absence de valorisation du travail qui reste un fort facteur de reconnaissance social, plébiscité par l’ensemble de la société. Chacun cherche à donner du sens à son travail et celui-ci peut encore être un facteur d’épanouissement. C’est précisément le cas pour cette vague de plus en plus forte des actrices et acteurs de la transition qui se lancent dans de nouveaux métiers compatibles avec une empreinte écologique faible. Le RBI ne questionne pas la qualité du travail ! Troisièmement, il est dommage que le RBI dans ses nouveaux arguments en 2017, rate autant le virage écologique en confondant les niveaux d’argumentation. Comment un même outil pourrait-il à la fois combattre la pauvreté, relancer la croissance et œuvrer pour de activités écologiques ?
Enfin, last but not least, la dimension exclusivement individuelle du RBI me semble rédhibitoire: ses promoteurs évoquent le lien social, une société des activités, le sortir du capitalisme et du productivisme, mais vante encore exclusivement un droit individuel sans aucune dimension collective ou d’un agir commun. Je trouve que cela manque d’ambition et est un peu étriqué en terme de solution au regard des idéaux revendiqués par ses initiateurs. On est au fond pas très loin de l’homo oeconomicus des théories économiques orthodoxes… si éloigné de nos réalités. Or, il y a bien un horizon commun dans le dispositif du RTE. Les communs sont même la base, en termes de ressources à identifier et de gouvernance à mettre en œuvre.

Source


Illustration : © Elis Wilk.

Partager

Ontario, Canada

Commentaires