Les Suisses ont dit « non » au revenu de base par référendum

Le 5 juin, les Suisses ont don­né leur avis par vota­tion sur plu­sieurs sujets, dont l’instauration d’un reve­nu de base uni­ver­sel. Même si le texte n’en spé­ci­fiait pas le mon­tant, l’initiative popu­laire avan­çait une somme men­suelle de 2500 francs par adulte (50 % du reve­nu moyen) et 625 francs par enfant.

Remerciements à l’équipe « actua­li­tés » de Basic Income (dont Josh Martin, Jenna van Draanen, Kate McFarland, André Coelho, Karl Widerquist et Tyler Prochazka) ain­si qu’à Philippe Van Parijs.

Le réfé­ren­dum sur le reve­nu de base incon­di­tion­nel (RBI), était en chan­tier depuis 2013, lorsque l’initiative citoyenne ini­tiée notam­ment par Enno Schmidt avait recueilli plus de 100 000 signa­tures, ouvrant alors la voie à la tenue d’un réfé­ren­dum sur la ques­tion. Le conseil fédé­ral Suisse avait reje­té l’initiative en août 2014, une consigne sym­bo­lique de vote néga­tif plu­tôt qu’une déci­sion poli­tique effec­tive : les Suisses avaient déjà affir­mé leur droit consti­tu­tion­nel de tenir un réfé­ren­dum sur la ques­tion.

Les sou­tiens du reve­nu de base incon­di­tion­nel ont mené des actions spec­ta­cu­laires afin de mobi­li­ser l’opinion. Lors du dépôt de l’initiative en 2013, les mili­tants avaient déver­sé huit mil­lions de pièces de cinq cen­times (une pour chaque Suisse) devant le palais fédé­ral de Berne. Et dans les semaines pré­cé­dant le vote, ils ont ins­tal­lé le plus grand pos­ter jamais réa­li­sé, éta­blis­sant ain­si un nou­veau record mon­dial.

Bien que le « non » l’ait empor­té, l’initiative Suisse a joué un rôle impor­tant dans le débat inter­na­tio­nal gran­dis­sant autour du reve­nu de base et les avan­cées qu’il peut appor­ter, notam­ment en terme de pau­vre­té, de poli­tique sociale et de rap­port aux tech­no­lo­gies. Ces ques­tions ont atti­ré l’attention de citoyens du monde entier, et mené à la tenue actuelle ou proche d’expérimentations de reve­nu de base par des gou­ver­ne­ments ou des ONG en Finlandeaux Pays-Basau Canadaau Kenyaen Inde et aux États-Unis. De même, des études sur le sujet sont en cours en Nouvelle-Zélande, au Royaume-Unien France et en Namibie. Le débat est réel­le­ment mon­dial, et des médias aux quatre coins du globe se sont empa­rés du sujet pour dis­cu­ter des prin­cipes et des bien­faits d’un reve­nu de base.

Malgré ce vote néga­tif, le mou­ve­ment pour un reve­nu de base est pro­mis à un riche ave­nir, en grande par­tie grâce aux efforts des mili­tants suisses qui ont per­mis la tenue de ce réfé­ren­dum. Nous adres­sons nos cha­leu­reux remer­cie­ments de la part de l’équipe édi­to­riale de Basic Income à tous ceux qui ont pris part à l’initiative suisse, tra­vaillant sans relâche pour popu­la­ri­ser l’idée du reve­nu de base.

Les résul­tats détaillés du vote sont dis­po­nibles ici : Votation 601.


Source : BasicIncome​.org

Une réponse à “Les Suisses ont dit « non » au revenu de base par référendum”

  1. […] Allemagne d’un reve­nu de base incon­di­tion­nel. À l’inverse de la Suisse qui a orga­ni­sé une consul­ta­tion à pro­pos du reve­nu de base en 2016, l’Allemagne n’organise pas de réfé­ren­dums. C’est en par­tant de ce constat […]

Les commentaires sont fermés.